Plénière du 08/11/2016

Timeline unpossible

Plénière du 08/11/2016

Relation start-ups et grands groupes, suite… Un sujet riche qui demande une nouvelle plénière.
Rappel des épisodes précédents, les questions qui se posent et les paradoxes à l‘œuvre dans cette relation.
Désir, énergie le management versus la diplomatie.
Un icebreaker : faire son totem.


Etude et témoignages collaboration start-ups & grands groupes, S. Lacoste

Présente une étude réalisée auprès d’une vingtaine d’entreprises pour étudier la relation grand compte start-up sous l’angle de la relation client fournisseur.

Culture salariale vs culture entrepreneuriale :

  • Relation à l’argent « La grande différence, c’est que je joue mon argent alors que mes interlocuteurs jouent leur budget »
  • Relation au temps : un décalage utilisé consciemment ou inconsciemment
  • Normes et bureaucratie
  • Propriété industrielle : dépendance

Réussir ensemble (comment ça fonctionne)

  • Recherche d’un poisson pilote ou d’un « sponsor », aide pour franchir les obstacles dans une organisation en silo.

Voir la présentation et la vidéo

Trajectoires de start-ups, R. Rosier

Rodolphe Rosier nous fait part de son expérience Accompagnement d’entreprise en phase d’amorçage, présentation de trois exemples de start up. Trois thématiques reviennent : contrôle, financement, exploitation vs exploration.

Une start-up ne doit pas cesser d’explorer, en particulier le marché et les besoins du marché.

Voir la présentation et la vidéo

Innover avec les start-ups, G. Devauschelle

Comment transformer les patrons de business unit en intrapreneur dans un groupe de 90000 personnes. 40% des commandes sur des produits qui n’existaient pas trois ans avant.

Deux questions :

Comment créer un nouveau cerveau intuitif agile et flexible au coté du cerveau structuré du grand groupe.

Puis comment diffuser la culture « cerveau droit » dans le cerveau « gauche ». Création d’un « carlab » et d’un « datalab ».

Comment détecter la bonne pépite dans les milliers susceptible de nous intéresser. Etudier 100 start-ups par mois, pour un deal par mois.

  • Une organisation dédiée, avec un responsable, des outils adaptés
  • Adresser les écosystèmes différents à travers les ventures capital ou incubateur. Investir mais ne pas prendre le pouvoir, juste une place au bord.

Boxing : Mydream Smile

Présentation d’une start-up.

Une aventure dont le fil rouge serait les rêves, les idées, les émotions. Réaliser nos rêves pour un monde plus intéressant. Une social place où l’on peut poster ses rêves. Un territoire d’expression  d’engagement et d’émotion.

Nous avons tous un rêve que quelqu’un quelque part peut réaliser. Un dream angel.

Le retour des philosophes sur la distillerie

par Thierry Menissier,

L’esprit de la diplomatie peut constituer une ressource inspirante pour aborder les relations entre grands groupes et start-up. Privilégier les solutions pacifiques pour des fins qui ne le sont toujours pas.

Distinguer les intérêts réciproques et les avantages réciproques.

Il y a besoin de la diplomatie quand on reconnaît l’irréductibilité de la diversité. Une question est posée, est ce que la diversité est une richesse ? et si oui comment profiter de cette richesse.

par Dominique Christian,

Dominique met l’accent sur la relation proie/prédateur.

Quand on évoque la question du « sang neuf » La figure du vampire s’impose. Quand le vampire mord, il transforme sa victime en vampire qui à son tour est assoiffée.

La qualité du sang est essentielle. La structure qui se définie comme start-up a déjà un peu le sang contaminé. Proverbe transylvanien « Tout startuper qui pitch laisse le gosier sec ». Mais peut être parfois la relation peut s’inverser, la proie n’est pas toujours celle que l’on croit.

Les rêves existent en vrai.

Innover avec les start-ups, F. Maistre - BNP Paribas

Présentation d’innov and connect.

L’expérience d’une grande banque dans la gestion et l’appui au développement des start-ups. Tout l’écosystème ne doit pas perdre de vue la finalité qui est de trouver des clients. Un plaidoyer pour la mobilisation des grandes entreprises pour trouver des marchés aux start-ups.

Une recommandation à l’attention des start-ups, ne pas travailler qu’avec des grands groupes, aller chercher des contrats avec des entreprises plus petites.

Créer dans les groupes les processus, les parcours qui permettent d’implémenter les solutions des start-ups sans qu’elles soient bloquées par l’infrastructure.

Start-ups & Grands Groupes : et si on arrêtait de pitcher ? A. David & A. Thuillier

Comment le savoir faire principal de la start-up se transforme en savoir pitcher. Or le pitch pose problème car il est très formaté. L’intervenant démonte avec humour ce formatage qui induit des biais cognitifs forts. Comment sélectionner des projets autrement, sans pitch.

Un exercice : rechercher un modèle de présentation qui échappe au pitch.

Voir la présentation et la vidéo

Conclusion

par Dominique Christian,

Des grands modèles de représentation :
Ce qui distingue l’humain et le non humain

  • Corps en commun mais âmes et pas âmes
  • Les deux ont une âme mais l’autre à t-il un corps
  • Rien en commun
  • Tout est commun

par Thierry Menissier,

Sortir des certitudes.
Distinguer désir et rêves. Les grands mouvements d’émancipation promettent du rêve.
Dans les relations grands groupes et start-ups, remettre du rêve à partager.

Retrouvez le Scribe de Laurie

Voir le Timelapse du Scribe de Laurie